Le référencement est l'action de référencer, c'est-à-dire mentionner quelque chose ou y faire référence. Traditionnellement, on parle de référencement lors de constitution ou mise à jour de catalogue produits, dans la grande distribution principalement.
Sur internet, faire un lien d'une page A vers une ressource B, c'est y faire référence et donc référencer la ressource B depuis la page A. Par vulgarisation, l'action générique d'inscription dans les moteurs de recherche s'est vue appelée référencement. Aujourd'hui sa pratique s'articule autour des outils de recherche, plus particulièrement des moteurs et des annuaires de recherche, alors que cette activité est en réalité comparable à du netlinking.
Il s'articule donc par la mise en place des deux stratégies distinctes et complémentaires : le référencement naturel et les liens sponsorisés.
La première stratégie passe par une phase d'indexation (prise en compte) du site par les outils de recherche, puis une phase de positionnement de ces sites sur les résultats naturels des outils de recherche lors d'une recherche faite par les internautes. La seconde s'apparente à de la gestion de budgets de publicité.
Le référencement naturel, stratégie de communication, s'articule autour de trois axes : le contenu, son format de publication et sa popularité/notoriété sur le web.

1) Référencement naturel

 

1-2) Référencement naturel sur les moteurs de recherche

Il s'agit d'ajouter des pages web à l'index d'un moteur de recherche.
En effet, il faut savoir que Google reprend en partie les balises titre (meta <title>) et description (meta <name>) du code source pour indexer ses URL.
Le titre et la description apparaissent directement dans les résultats de recherche (limitation de caractères : titre = 100 caractères / description = 200 caractères et plus).
Les sites ont donc tout intérêt à enrichir leur code source en mots clés pertinents. Pour ce faire, il convient de faire une étude de mots clés très pointue afin d’optimiser toutes les pages du site.
Ces mots clés doivent être sélectionnés en fonction :

  • de l’activité du site
  • du positionnement de ses concurrents directs : il est primordial que « notre » site figure là où figurent ses concurrents dans les résultats de Google !
  • du volume de recherche des mots clés choisis : Google fournit en libre accès ses statistiques sur le volume de recherche de tous les mots clés tapés sur son moteur de recherche (classement sur une échelle de 1 à 10)

Le Web Focus Group ou l'analyse d'un marché potentiel grâce aux requêtes effectuées par les internautes dans les moteurs de recherche.
Certains mots-clés étant demandés moins de fois par jour pourraient être distribués dans une compétition restreinte et ainsi augmenter vos chances de visibilité auprès de ceux qui vous recherchent par des mots-clés plus spécifiques et inconnus de vos compétiteurs directs. C’est-à-dire qu’il n’est pas nécessaire d’utiliser des mots-clés fortement demandés, si par exemple vous voulez voir votre site en première position rapidement, un mot-clé demandé, moins de fois par jour serait distribué dans moins de pages sur le Web. Si on compare un nombre de requêtes effectuées par les internautes se chiffrant à 100 par jour comparativement à 3000 par jour, on aurait tendance à placer toutes nos énergies sur ce dernier. Par contre, il pourrait être distribué dans des millions de pages, ce qui rendrait plus difficile un bon positionnement avec ce mot-clé très populaire. Il ne faut pas sous-estimer un rendement à partir de 100 requêtes par jour, car au bout d’un mois ça représente quand même 3000 internautes susceptibles de voir votre site. Je n’ai dit pas ici qu’il ne faut pas faire des efforts avec le mot-clé populaire, comme je l’ai déjà mentionné un mot-clé faisant l’objet de 3000 requêtes par jour serait un candidat idéal pour la création de votre URL.
Une étude exhaustive de mots-clés, à pour but de vérifier les requêtes réelles, effectué par les internautes intéressés à un domaine d’affaire, propice aux succès d'un démarrage de commercialisation d’un site Web, offrant les biens et services qu'il recherche.

Exemple d’un positionnement optimisé :
Fuel For Life de Diesel / Lacoste
Afin d’optimiser complètement les sites ayant un large contenu média (images ou vidéo), la technique consiste à intégrer des mots clés descriptifs de chaque contenu dans le champ <Alt> du code source des pages concernées. De même, les sites en full flash n’étant pas référençables, il convient par exemple d’y intégrer des pages en HTML.
Le code HTML permet également de jouer sur le degré d’importance des mots clés selon que nous décidons d’en faire un titre H1, H2 ... ou selon le format des mots en question (la grande taille et les caractères gras sont un facteur de plus grande importance)

1-2) Inscription sur les annuaires

Brièvement, un annuaire Web est un site classant de façon thématique les sites qu’il sélectionne lui même ou qui lui sont soumis. Des éditeurs analysent alors le contenu des pages et créent des résumés de leurs contenus dans le but d’orienter les visiteurs. Les annuaires proposent une recherche par catégories et sous-catégories. Il existe des milliers d’annuaires dits spécialisés ou généralistes (exemple : Dmoz ou Yahoo! Directory).
Pour améliorer le positionnement de son site sur les annuaires, il n’existe qu’une technique : la soumission manuelle de son URL aux différents annuaires qui se laissent par la suite (ou pas) le droit de valider ou non la soumission.
Les critères d’acceptation d’un site sur un annuaire sont larges, citons :

  • Le contenu du site : le site doit correspondre à une thématique entrant dans une catégorie de l’annuaire.
  • La qualité du site : est-ce un site ayant suffisamment de contenu ? Ce contenu est-il régulièrement mis à jour ? Il y a-t-il beaucoup de visiteurs sur ce site ?

Pour juger de la qualité du site, le Page Rank est souvent l’indicateur le plus fiable sinon le plus utilisé.

  • Autres paramètres pris en compte : mise à jour des contenus, qualité des liens référents (c’est-à-dire niveau de Page Rank des sites vers lesquels pointe « notre » site), absence d’erreurs 404 et de redirections.

Il est bien sûr « recommandé » de soumettre son site sur des annuaires à fort ou moyen Page Rank afin qu’il apparaisse plus souvent sur les résultats de Google.

  • Dernière technique la plus « fastidieuse » car très systématique : il s’agit de positionner - ou tenter de positionner – son site sur tous les sites contenant un lien référent (appelé aussi backlink) vers un concurrent. Pour cela, il existe des recherches spécifiques comme link:http://nomdusite.fr sur Google capable de repérer les backlinks d’un concurrent donné.

Ces "soumissions" n'entraînent pas systématiquement "inscriptions". Les inscriptions dans les annuaires doivent être visibles dans les moteurs de recherche pour être utiles. Les acceptations des sites peuvent prendre de 2 à 12 semaines pour être validées dans Google. Cette démarche de soumissions peut être sous-traités à des sociétés de "net linking" à condition de vérifier que les liens restent déposés de manière "manuelle", dans des annuaires "pertinents". Enfin, les inscriptions doivent être réalisées à un rythme et un volume régulier.
Toutes ces techniques contribuent si elles sont bien menées à accroître le nombre de visiteurs mais aussi le Page Rank de « notre » site ce qui revient à améliorer son positionnement sur les moteurs de recherche.

2) Le référencement payant

 

Le référencement payant consiste simplement en l’achat de mots clés sur l’interface Google Adwords. Le site en question achète par exemple 100 mots clés qu’il aura jugés pertinents (selon une étude préalable).
Chaque groupe de mots clés se rapporte en fait à une annonce que le site annonceur aura créé sur Google Adwords (selon des critères bien précis : titre de 30 caractères + 2 lignes de description de 35 caractères chacune). Ainsi, dès lors qu’un utilisateur tape l’un des mots clés appartenant à la liste de mots sélectionnés par l’annonceur, l’annonce qu’il aura créée préalablement (en rapport avec ces mots clés) apparaîtra dans les premiers résultats de Google sous la forme de « liens commerciaux (tout en haut ou dans la colonne de droite).
Cependant, il faut bien préciser que le référencement payant ne peut en aucun cas se substituer au référencement naturel : il s’agit plutôt d’une technique complémentaire visant le court terme (par exemple à l’occasion d’un lancement de site ou d’une campagne promotionnelle).
D’ailleurs, les statistiques montrent que les internautes cliquent en premier sur les liens dits naturels plutôt que les liens payant :

 

Visibilité liens naturels vs liens payants

Visibilité des liens naturels (en % du taux de clic)

Visibilité des liens sponsorisés (en % du taux de clic)

Position n°1 dans le moteur de recherche

100 %

50 %

Position n°2 dans le moteur de recherche

100 %

40 %

Position n°3 dans le moteur de recherche

100 %

30 %

Mode de paiement des campagnes d’achat de mots clés :
Les principes de rémunération sont simples : chaque annonce cliquée implique une rémunération pour Google équivalente au montant du mot clé tapé par l’internaute sur le moteur de recherche qui a permis de faire apparaître la dite annonce (en moyenne 0,40 du clic).
A titre d’information, il existe une autre interface de campagnes d’achat de mots clés : Overture (qui appartient à Yahoo !)

3) Enjeux

 

Le référencement est une des principales sources de création de trafic sur un site aujourd'hui. En effet, il permet aux internautes d'accéder à un site sans connaître son adresse. L'afflux principal provient des moteurs de recherche, mais nombre de visiteurs passent également par des annuaires. On trouve également de plus en plus de sites de bookmarks (marque pages), qui permettent aux internautes de conserver les adresses de leurs sites préférés, commerciaux ou non.

4) Techniques

 

De façon chronologique :

Phase 1 : Lors de la soumission dans les outils de recherche et les annuaires

Équivalent du mot indexation.
Donner des informations détaillées aux moteurs de recherche et annuaires pour qu'ils indexent la page ou le site qui intéresse le demandeur.
Ces informations peuvent varier d'un outil à l'autre, certaines indexations sont gratuites, d'autres payantes, tandis que certains outils demanderont des liens en retour (liens réciproques / liens mutuels).

Phase 2 : Positionnement

Optimisation pour les moteurs de recherche.
Techniques visant à se positionner dans les premiers résultats, généralement les deux premières pages, lors de recherches sur certains mots-clés :

  • Créer des contenus en totale adéquation avec une qualité qui respecte les chartes des moteurs de recherches.
  • Créer des liens externes sur des sites traitant du sujet en incluant le mot-clé dans le lien (backlink).
  • Techniques interdites (par exemple par Google)
  • Afficher un contenu différent aux moteurs de recherches et leurs bot à l'aide d'un script en javascript (technique appelée cloaking), avec une page masquée. (Technique qui est réprimandée par les moteurs de recherches. Le site sera placé sur une liste noire s'il est repéré, comme l'affaire BMW en Allemagne).
  • Textes masqués ou liens
  • Mots clés répétés
  • Inadéquation entre le contenu de la page et sa description
  • Redirection trompeuse
  • Site ou page répété(e) (duplication du contenu)
  • Page satellite (doorway très prisé en France)

Phase 3 : Suivi de positionnement et d'indexation

  • Suivi d'indexation pour vérifier que le moteur connaît toujours la page qui nous intéresse. Il n'est pratiquement plus utile de soumettre des sites aux moteurs et encore moins de les soumettre s'ils sont déjà indexés.
  • Suivi de positionnement pour optimiser par la suite par rapport aux mots-clés qui nous intéressent.

Le suivi d'indexation dans les annuaires thématiques et généralistes doit être réalisé fréquemment afin de conserver la popularité acquise, voire de l'optimiser en augmentant le nombre et la qualité des liens en retour (backlink) vers le site à positionner.

5) Concours de référencement

Les concours permettent aux référenceurs professionnels mais également aux amateurs de mesurer leurs acquis en termes de référencement. Le but de ces concours est d'arriver premier dans les moteurs de recherche principaux, comme Google, MSN, Yahoo, Ask... avec un mot clef donné, ces mots clefs sont généralement choisis avec précaution afin de ne pas interférer avec de véritables mots clefs utilisés dans d'autres contextes plus "sérieux". Exemples de mots clefs de précédents concours : mangeur de cigogne, sorcier glouton, chocoku, tiger l'osmose, cobraoupouaout, zurtouij, racheumeuneu, zobibi, black hattitude...
C'est un bon moyen pour les référenceurs de s'améliorer, de se mesurer aux autres et ainsi de proposer un service de plus en plus pointu aux clients désireux d'une bonne position dans les moteurs de recherche.
Ces concours mettent en exergue les écarts existants entre le comportement attendu d'un moteur de recherche sur l'indexation d'un mot et le comportement réel de ce même moteur.

6) Politique de liens (Link building)

Tous les liens n'ont pas la même valeur aux yeux des moteurs de recherche (popularité de liens). Nombre de webmasters utilisent les échanges de liens afin de gagner des visiteurs et du PageRank. Par ailleurs, Google a également instauré un BlockRank dans sa formule pour bloquer les sites qui ne respectent pas les directives. L'échange de liens permet, outre l'amélioration du positionnement dans les moteurs, d'augmenter, dans une certaine mesure, la popularité et le nombre de visiteurs directement de site à site.

7) Listes noires (blacklist)

Les techniques frauduleuses (fermes de liens, cloaking et autres) sont surveillées, et parfois réprimandées, par les moteurs de recherche qui perfectionnent chaque jour leurs algorithmes afin d'éliminer les sites trichant pour leur positionnement.
Lorsque des fraudes sont constatées (par un robot, par un humain, ou par un concurrent), la page ou le site en question est placé sur une liste noire (désindexation du moteur de recherche, ce qui pénalise grandement le site) pour une durée de quelques mois, définitive ou jusqu'à ce que le site respecte les conditions d'indexation de l'outil.
Google a mis en place un « bac à sable » (sandbox) qui est un avertissement avant la mise sur liste noire, mais aussi un moyen d'empêcher les nouveaux sites de grimper trop rapidement sur certains mots-clés dans les résultats de recherche.
Google par ailleurs, propose une page en 93 langues pour maintenir la qualité de l'index avec un rapport de spam lié au référencement, ce qui permettra d'entrer un jour dans le référencement éthique.

Sources Wikipédia.